Vigon, le « soul man » marocain

(AFP) – Il fut vendeur de légumes au Maroc avant de découvrir la soul dans les bases américaines puis de devenir une petite vedette dans le Paris des années 60: à la faveur d’une réédition, Vigon, chanteur à la voix stupéfiante, connaît aujourd’hui une deuxième jeunesse, 40 ans après.

Il est né Abdelghafour Mouhsine en 1945 à Rabat. D’abord marchand de légumes avec son père, il tombe fou amoureux du rhythm’n’blues dans les bases militaires américaines de Kenitra ou Sidi Slimane et apprend les standards en phonétique, puisqu’il ne maîtrise pas l’anglais.

« J’allais faire danser les troufions tous les samedis et là-bas, on achetait les disques qui arrivaient d’Amérique dans la semaine de leur sortie », se souvient-il. « +Twist and shout+ des Isley Brothers, on l’a chantée au Maroc avant que les Beatles la reprennent! ».

En 1964, il est en vacances à Paris et va au Golf Drouot, la Mecque du rock. Il monte sur scène, bluffe le public puis rejoint les Lemons, avec aux claviers un autre tout jeune homme nommé Michel Jonasz.

Le groupe écume les scènes, Golf Drouot ou Bus Palladium, assied sa réputation et fait les premières parties de Stevie Wonder, Otis Redding, Wilson Pickett, Little Richard, des Who ou des Rolling Stones.

L’un de ses morceaux en solo, « It’s all over », est paru en 1968 sur le label américain Atlantic. L’année précédente, il avait sorti sa seule chanson en français, « Un petit ange noir ».

Il rentre au Maroc au milieu des années 70, pour deux semaines. « J’y suis resté 23 ans! », s’amuse-t-il en expliquant qu’il y était chanteur dans un hôtel d’Agadir.

En 2000, retour en France, où les années 60 -« La mode des vieux! »- ont à nouveau la cote. Vigon la bête de scène se produit régulièrement dans des soirées privées et a pour fans d’autres artistes originaires du Maroc, les humoristes Gad Elmaleh et Jamel Debbouze, au mariage duquel il a chanté.

« On me demande parfois si l’Amérique ne m’a pas tenté. Mais je n’aurais jamais imaginé partir du Maroc, alors c’est déjà pas mal! », assure-t-il. « Gamin, je dormais sur une peau de mouton. Maintenant, dans les hôtels, on me dit: +Est-ce que la chambre vous plaît?+. Ca me fait rire! ».

Vigon – Harlem Shuffle

Vigon – I will never turn my back

Vigon – Lucille I’ve been good to you

Vigon – French Moroccan soul man

Publicités

2 Réponses

  1. Tu nous replonges là dans une époque « que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre »!

    Après Vigon, on a eu les Rolls, les Golden Hands, et les autres ..

    Merci, l’ami!

  2. سلام
    حميد: للاسف اننا لا نتوفر على معلومات حول هذه الفرق كانت مجلة تيل كيل او لوجورنال قد كتبت عنهم ملفا متميزا

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :