ضيف الأسبوع:عبد الرحمن قيروش، بلايند ويلي جوهنسون، بوجمعة حكور، سكيب جيمز، العربي باطما، جاك بريل، السوسدي، محمد الدرهم مخدراتي… باقبو،كينيا، مارشان ، علال يعلى و ب ب كينغ منشطاتي Abderrahman Paco, Blind Willie Johnson, Boujmi3,Skip James, Larbi Batma,Jacques Brel, Soussdi, M.Derham même ivresse…. Baqbou, Guinea,Marchane, Allal Yaala et BB King, même extase

ضيف المدونة هذا الاسبوع هو الصديق المهدي المسؤول الرئيسي والمؤقت لمدونة ريف متوسيك مستدان. الان

================================

العشرة و الخاوة و الدم عليك يا الدرهم تفارقوا و عليك تلموا
و هكذا صار بنادم
أما الدنيا إلا سميا، تغطي بها على وجوه ظلماتك
كلها ينسى شانو ملي المال يتسمع رنينو فلودان
Faut vous dire Monsieur,
Que chez ces gens là !
On ne pense pas Monsieur,
On ne pense pas, on compte…
حطوني فوسط الحصيدة نشالي يا بابا
يعلم الله بالمصيدة لقلوب الكذابة
الأمطار الغزيرة بكايا، فإلحجر منقوش كلامي، تايه فدروبي غيواني
So who’s that writing?
ask the reveletor
I’m going to ask the question, answer if you can
If anybody here can tell me, what is the soul of a man?

شكون غادي يوصل لجدادي هاد لكلام ؟
ما يقدر عنو مرسول ولا طير لحمام
يكول ليهم بنينا علينا بالرخام
الفوق رياض مضوي و التحت عليه الظلام

Pas facile d’introduire ce billet quand on ne peut répondre en une phrase à la question « qu’aimes tu écouter ? ». Je vais donc dans ce billet parler de musiques, plus précisément de celles évoquées dans le titre sans pouvoir m’empêcher de le marquer d’empreinte personnelle et subjective car cet essai relève un peu du méta-bloging, vu que le bien aimé Mahjoub Feryate souhaite faire parler les blogueurs dans cette rubrique, ce qui est d’ailleurs une bien bonne idée que de nous laisser nous présenter sous notre facette musicale (surtout pour ceux qui comme moi animent un Blog qui ne leur permet de s’exprimer que dans une thématique précise, et qui ne comptent pas ouvrir un Blog personnel), et aussi mieux que le cadre des 140 caractères en Twit volé lors d’une pause café, entre deux classes pour certains, entre deux réunions pour d’autres, entre deux mesures de photoconductivité pour moi-même, ou encore entre deux slides Powerpoint qui permettent à certains d’entre nous de se faire passer pour le permier expert de l’industrie lourdes alors qu’ils n’ont jamais vu une usine :p (voilà, ce fut la phrase gratuite du billet dédié à nos bien aimés Blogueurs bossant dans l’industrie du Powerpoint qu’on appel aussi « Conseil » ou « Consulting »).

Par ailleurs, je m’excuse pour deux choses : 1) l’introduction sous forme de cocktail que certains puristes comme moi risquent de trouver très mal à leurs gout (je viens de le relire, un vrai massacre, excusez donc le manque d’inspiration)
2) de m’exprimer en français dans cette plateforme, le clavier que j’utilise pour ce billet ne me permet même pas de mettre des accents facilement, alors pour taper en arabe, ma procrastination légendaire multiplierai par 20 le temps de rédaction 🙂 mais comme je compte désormais me mettre à blogger en Arabe classique/Darija, j’ai déjà repeint les touches de mon mac en lettres de la langue du Dhade en espérant bientôt être prêt à rejoindre la blogosphère marocaine arabophone.

Passons à la musique !
Comme Reda, j’écoute du tout, de la 3ayta de 3abda (Safi) aux douces frappes de Wtar de Rouicha en passant par la musique Pentatonique de Raiss L’Haj Bellaid du Souss, mais s’il y a une musique où je me sens le plus à l’aise, et le plus perdu, c’est la musique Ghiwaniènne, j’entend par là toute la movida culturelle qu’elle a  enclenché chez les générations du Maroc post-colonial.

Nass El Ghiwane, on n’aura jamais assez parlé de ce groupe, lors d’une rencontre l’année dernière avec Omar Daoui (Sayed) et Allal Yaala je me suis pris un plaisir à parler avec eux, notamment sur la portée politique de leurs chansons, pour ssi Omar, il ne faut pas lire leur paroles à la lumières de fait précis (même si à demi-mot il m’avouait l’inspiration évidente de faits d’époque), pour lui, le groupe est à portée humaniste universaliste, et il a raison de dire que les chansons sont lisibles à la lumière de la condition humaine invariable dans le temps et l’espace.
Ainsi peut on interpréter la chanson Mahammouni comme le cri d’un jeune de 1963 voyant ses aînés de l’Armée de Libération Marocaine ou du mouvement national liquidés un à un par les collaborateurs d’hier devenus les hommes fort du Maroc ‘indépendant’ (Oufkir, Bekkay, Maréchal Ameziane Vs Agoulliz(cheikh el Arab, liquidé physiquement à Sidi Othman par Oufkir), Mahdi Ben Barka, ou encore Abdelkrim El Khattabi quasi forcé à l’exil), tout comme on peut chanter la chanson à la voix d’une jeune fille d’un douar de la région de Fkih ben Saleh en 1997 pleurant tous ses frères péris dans une Patera… Il va sans dire que même si écrite avant sa mort, on peut voir dans la chanson un Deuil pré-hume de Boujem3 Haggour (Boujmi3) dont la mort reste encore un mistère.
D’ailleurs, là où Nass El Ghiwane sont le plus connu, c’est dans la chanson ne se prêtant pas à la lecture politique évidente, ainsi nul besoin est de comparer le nombre de personnes ne connaissant que Sinya et Allah ya Moulana contre ceux qui apprennent par coeur les paroles venant d’un Darija d’une poèsie sublime d’un autre temps qu’on trouve dans Raghaya ou encore la tristesse profonde véhiculée par les yeux larmoyants d’Abderahman Paco donnant le début de la chanson ‘Wach jra lik’. Connaître Nass El Ghiwane pour moi, c’est aller aux détails des paroles, parfois issues de comptes populaires (l’histoire de l’esclave de Taroudant que certains d’entre nous ont eu la chance d’écouter leur grand mère la raconter, et qui fut la source de la chanson Ah ya Ouine aussi bien que certains vers de Wannadi Ana)
Pour finir avec Nass El Ghiwane, et comme j’ai mes pensées pour Paco actuellement très malade, je vous laisse avec sa reprise avec son groupe familiale (il a d’ailleurs remplacé dans les paroles le mot ‘Yezzik’ par un ‘Baraka’ beaucoup plus accessible aux jeunes générations) :
(j’espère ne pas vous perdre après cette première chanson, et je vous promet que le billet va crescendo niveau rythme, juste accrochez vous, sans pour autant vous voir sauter voir la dernière vidéo 😀 )

Blind Willie Johnson, l’une des figures majeures du Blues, et du Gospel de la grande dépression, insprant Lep Zeplin et bien d’autres. Il a une chanson qu’on ne peut mettre dans aucun genre : ‘Dark was the Night’, celle-ci figure dans le contenu multimédia de la sonde Voyager, si un jour une civilisation extraterrestre découvre l’humanité via Voyager (…) je serais très ravi de savoir qu’ils n’ont pas manqué d’écouter BW Johnson (s’ils sont dotés d’une perception de vibration mécanique dans notre même domaine spectrale..)
Je vous laisse le découvrir avec ‘The soul of a man’ qui a fait le titre d’un excellent film à voir, portant sur le Blues et co réalisé par Martin Scorsesse.
dans une version revue par Gish and Hare avec Bendir et Mandoline (pour rester dans la continuité avec Lemchaheb qui vont suivre)

Lemchaheb, rien que le Week End dernier, ce groupe fut la cause de ma procrastination sur plusieurs tâche à faire, tellement j’aime me perdre à piocher dans leurs paroles. Eux, leur champs de bataille, c’était du subtile frôlant l’explicite, quand Nass El Ghiwane disait ‘Wel Hakem Kayzouwwar Kay9baD errachwa’, et que les Jil Jilala répondaient (sans y avoir peut être pensé) à la constitution octroyée par un
ديب ما بحالو بحالو ديب, طبعو رهيب , شرع كيف بغا
Lemchaheb allaient droit au but, pour eux, au néo-Makhzen il faut dire : وا حايدووه  dans leur célebrissime ‘Dawini’ ou encore un
تكلم بالكذوب و هفّا، عبد يخدموه الشرفة، ياكل صابة كل زارع dans leur chanson Sfa.
Ces deniers ont chanté pour les réalités sociales et politiques, mais aussi pour l’amitié, l’espoir, les idéologies… et le SIDA!
à découvrire chez eux : El Hasla, Somoud, 7abb errommane,  el Mounadi entre autres. Ce groupe a certainement été le plus international du mouvement Ghiwani (Nass El ghiwane ont eu aussi leur part d’internationalisation avec la prise de ‘Ya Sah’ pour le film ‘The Pation of the Christ’ et du Film Trans), avec bien évidement la reprise par Dissidenten (qui viennent à Mawazine cette année), mais aussi des reprise au Brézil, en Turquie ou en Angletterre, le rôle de Feu Lemrani est cruciale puisque sa mandoline y est pour beaucoup… Repose en paix !
Je vous laisse apprécier Lemchaheb à l’Olympia dans ‘Bghit Bladi’ , chanson qui aurait fait pleurer Hassan 2 qui leur a demandé de la rechanter 6 foix (d’après Bakhti, membre du groupe)

Jacques Brel, est certainement le meilleur chanteur francophone du XXème siècle, au moins sa célébrissime ‘ne me quitte pas’ est considérée comme la chanson du siècle par certain critiques, comme le précédent billet de Feryate parle de chansons françaises, sans plus s’attarder sur cette partie, je vous invite à écouter ‘Ces gens là’

Skip James, que j’ai découvert avant Blind Willie Johnson, étant donné que le jeune skip ayant moins d’handicap que son aîné et n’ayant pas eu une aussi courte vie musicale, et qu’on retrouve aussi dans le film de Scorsese cité plus haut, l’un des rares Blues man à utilisé l’accord du Ré Mineur.
découvrez le avec ‘Illinois Blues’ un autre morceau du Blues de la grande dépression américaine:

http://www.mojvideo.com/video-skip-james-illinois-blues-1931/861056d327ea7f695e13

Jil Jilala, plus connu par leur reprise du Malhoune (comme Chem3a), ce groupe a été le plus ‘soft’ en terme de paroles, ils ont d’excellents titres peu connus comme ‘Baba 3addi’, ‘Kounna w kountou’, j’invite les jeunes lecteurs à regarder un de leurs clips, « Hal 3a a bouya »:


ou de voir l’autre version sur Youtube avec une excellente Fusion Jil jilala – Nass El Ghiwane

Beaucoup de ces musiques sont longues (20min pour la chanson ‘zad el ham de Nass el Ghiwane’), rien à voir avec le ‘3 minutes prêt à shooter’ de la musique commerciale, et certains jeunes n’apprécient pas ce caractère en Actes de cette chanson. Ce qui des fois me fait dire qu’en terme de musique, j’ai peut être râté ma génération… Un petit mot sur la ‘Nayda’ quand même : bien que j’appartiens au « seul parti politique ayant soutenu les jeunes musiciens accusé de satanisme » (je cite Mohammed Meghari « Momo » qui témoigne dans un documentaire et reconnait le soutien de la GSU(mettre le lien :

) ancienne OADP devenu PSU suite aux fusions), j’apprécie beaucoup de genres musicaux portée par cette nouvel tendance, mais -et ça reste un point de vue personnel- je reste à ma soif en terme de paroles et je crois que ce mouvement a déjà fait émettre les futurs Lemchaheb ou même mieux, juste que moi je m’en aperçoit pas encore. Peut être que c’est aussi mon côté passion pour l’histoire, mais rassurez vous, je ne suis pas un gaucho-psychorigide-old-

school, j’apprécie les nouveauté et l’originalité de cette ‘Movida’ tout comme la nouveauté et l’originalité de la dernière action du CSPS à Al Hoceima ! (lien pour :http://lbadikho.wordpress.com/2010/04/26/le-csps-plante-des-arbres-nen-deplaise-a-la-cdg/ )
Revenons une dernière fois à la musique ! et comme promis, on conclut avec des rythme de gaieté :

Allal Yaala, le professeur musicien de Nass El Ghiwane et inimitable joueur de Banjo et Luth du groupe, il est avant tout leur professeur de musique avant d’être le membre le plus discret du groupe et celui qui inspire beaucoup d’estime, il a aussi marqué son groupe par ses origines et sa maîtrise du Hamdouchi, ce qui complétait à merveille la voix Mzabbya (de ben Hmed) de Larbi Batma, l’harmonieuse aigue de Omar, ainsi que les airs gnawi et spirituels de Paco.
Le voici en train de faire entrer Paco en Trans dans ‘Lehmami’ , de la gaieté rapelant l’époque Boujmi3 et les morceau comme ‘el Hassada’ :

B.B King, je crois que des trois chanteurs américains de cet article, c’est le plus connu parmi le public, sa discographie mérite au moins tout un blog dédié, le King peut avec son Thrill is Gone

Baqbou, Marshane et Mahmoud Guinea, et les autres M’âalems Gnawa, ceux-ci savent vous égayer un lundi matin (apparement les mardi matin aussi), commençons par Guinea, malheureusement, celui ci n’est pas très ‘youtoubisé’ ça vous poussera à aller acheter un de ses albums, voici une parti de sa fameuse ‘Mitara Bambara’ ( si quelqu’un peut traduire Mitara, ce que je sais c’est que Bambara c’est une langue parlé au Mali et en Guinée, rappelons que Mahmoud est un marocain de grand père Guinéen)


Bakbou, ayant performé auprès de Jil jilala, a repris la voix de Tagnaouiyite, au plus grand plaisir des amateurs du Guembri, on peut voir son influence dans plusieurs chansons au rythme très marqués de Jil jilala, comme par exemple salamaou3alaykoum que je vous laisse apprécier, mais aussi dans : Nabina Taha, Lillah Ya Sfina, Yadoul ellaymin…


Enfin Abdelkbir Marshan, un incontournable parmi les grands maître Gnawa, laissez vous charmer par son Guembri, le temps d’une Sandya:

Encore merci à Feryate de m’accueillir dans cette rubrique, et vivement la contribution des autres Blogueurs !

Publicités

3 Réponses

  1. @ Feryate

    Bravo pour cette initiative!

    @ Mahdi

    On dit que la musique adoucit les mœurs, je dirais plutôt qu’elle permet le lien entre les générations!

    Je n’aurais peut-être pas fait un autre choix, sauf pour CasaNayda que je viens de découvrir!

    Pour les chanteur français, j’aurai pensé que tu retiendrais Léo Ferré, avec « Y’en a marre » ou « les temps sont difficiles »!

  2. Merci beaucoup Mahjoub, en m’invitant chez toi tu m’as permis à travers le plaisir procuré par la rédaction de ce billet -dont le temps d’écriture excuserait les coquilles- à repenser sérieusement à un de mes projets abandonnés… et qui bien entendu est en relation avec la musique

    @Hmida : mais bien sûr, je me rappel d’ailleurs avec grand plaisir de chaque fois où j’ai apprécié Lghiwane avec des amis d’autres générations, et le meilleur moment était de le faire avec Nass Lghiawne eux même en la personne de ssi Omar et bba Allal ou Omar m’avait expliqué en toute humilité certaines choes que j’avais compris de travers et que je prenais pour des évidences… Une rencontre inoubliable.

  3. سلام
    حميدة: بالفعل اتفق معك بخصوص ليو فيري واعتقد ان هناك اشياء جميلة في موسيقى نايضة
    المهدي: العمل تطلبت منك مجهودا كبيرا لكن الصراحة متعتنا كثيرا

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :